Opinions - débats

Wilderness et équipement : la position de MW

 

Stéphane Bauzac

Texte paru sous la rubrique "Opinions - débats" du bulletin n° 37 (février 1998)

Au moment où, en partie en réaction à certains abus, les pouvoirs publics prennent des décisions pouvant entraîner, à terme, l'impossibilité de pratiquer l'escalade et l'alpinisme dans certains secteurs (interdits biotope sur de nombreuses falaises, protection accrue de la zone centrale de certains parcs nationaux), il est important que MW adopte une position sur l'équipement des voies rocheuses, tant en falaise que dans les préalpes ou en haute montagne. Le texte qui suit en est une première ébauche, vos réactions et propositions permettront de lui donner sa forme définitive.

 

Le propos de MW n'est pas de porter un jugement de valeur sur tel ou tel mode d'ouverture ou type d'équipement, mais de réfléchir à une ligne de conduite évitant la dégradation des sites (du fait de la surfréquentation ou de trop longs séjours) tout en assurant de bonnes conditions de pratique à la fois pour l'escalade sportive et pour l'alpinisme. De ce point de vue, il importe de conserver un large éventail de voies aux caractères différents, depuis la ligne parfaitement sécurisée et équipée de goujons jusqu'aux grands itinéraires engagés. Maintenir cette diversité impose de la part des tenants des différentes pratiques un respect réciproque du territoire de l'autre, tout particulièrement quand ces territoires sont étroitement imbriqués, comme c'est pratiquement le cas sur toutes les falaises de moyenne montagne et sur certaines grandes parois dans les massifs du Mont-Blanc ou des Ecrins.

Ce respect mutuel, c'est tout simplement d'admettre qu'une voie, quelle qu'elle soit, a besoin d'un certain espace pour exister et être parcourue dans de bonnes conditions. Pour les lignes sportives, cela signifie une densité modérée d'itinéraires indépendants les uns des autres (éviter les parcours en zigzag et les relais communs à plusieurs voies s'entrecroisant sans cesse). Pour les voies alpines, où l'engagement est une des composantes du plaisir, cela implique un isolement au moins relatif (pas de ligne sportive dans l'environnement visuel immédiat). Il faut prendre conscience que la densification des itinéraires, souvent - et un peu paradoxalement - génératrice de surfréquentation, n'est pas une solution à la raréfaction du terrain vierge. Dans nos régions, la dynamique de conquête qui a prévalu jusqu'ici devra dans un avenir prochain être - sinon abandonnée - du moins tempérée par le souci de la gestion du patrimoine commun, c'est à dire des différentes générations de voies et des terrains sur lesquels elles sont inscrites.

Dans cette optique, les recommandations de MW concernant l'équipement de voies nouvelles et le rééquipement des voies anciennes sont :

- lors des ouvertures, éviter systématiquement les croisements afin que les voies restent indépendantes les unes des autres, privilégier l'assurage naturel lorsque celui-ci est majoritairement possible et limiter la densité des itinéraires sur un secteur donné ;

- lors des rééquipements, se limiter aux voies très classiques et remplacer les points vétustes par du matériel à longue durée de vie en favorisant toujours l'assurage naturel.

 

sommaire Equipement - sommaire Aménagement et Wilderness - Page d'accueil


Mountain Wilderness France